Le choix de sa mutuelle santé ou complémentaire

 

Le choix d'une mutuelle ou d'une complémentaire de santé dépend de plusieurs critères : votre âge, votre budget, la composition de votre famille et vos besoins de santé. A partir de ces 4 éléments, vous devez prendre en compte des variables qui dépendent pour leur part du contrat en lui-même. A l'heure où le régime général, la Sécurité Sociale, se désengage progressivement et rembourse de moins en moins bien les dépenses de santé des assurés, souscrire une couverture santé complémentaire est indispensable pour permettre un niveau de soins décent pour vous-même et votre famille.

Votre âge

Quel que soit votre âge, vous aurez besoin d'une complémentaire pour compenser le manque ou la diminution des remboursements de l'Assurance Maladie. Etre jeune ne signifie pas que vous êtes à l'abri d'un quelconque souci de santé, ou d'un accident qui compromettrait vos projets. A chaque âge, sa complémentaire de santé, et fort logiquement les contrats d'assurance santé sont plus onéreux avec les années : les risques liés au vieillissement sont bien évidemment pris en compte par les compagnies non seulement pour adapter leurs formules aux seniors, mais également pour en ajuster les tarifs. Certaines formules fixent des limites d'âge, 70 ans, 75 ans, privilégiez donc, si vous êtes déjà retraité, les formules sans limite d'âge. Attention aux primes liées à l'âge : elles évoluent par palier, tous les 5 ans ou tous les ans, et le passage peut être du simple au double. Avant de souscrire un contrat, assurez-vous que l'année prochaine vous ne changez pas de tranche d'âge.

Les délais d'attente

Lors de votre étude comparative des différentes formules, prêtez attention aux délais d'attente qui sont souvent appliqués quand le taux de remboursement va au-delà des 150% du tarif conventionnel. Les postes où les dépenses peuvent être lourdes (dentaire, optique, orthodontie, maternité) ont un délai de prise en compte qui va de 3 à 12 mois. Il ne s'agit donc pas de souscrire un nouveau contrat en pensant être remboursé immédiatement des soins onéreux. Les délais dépendent de chaque formule, certaines peuvent choisir de ne pas en appliquer, vérifiez toutefois que le remboursement est correct comparé aux frais réels.

Les taux de remboursement

Vous savez que les taux de remboursement sont exprimés en pourcentage, 100%, 150%, jusqu'à 400%, 100% étant la référence de base du tarif conventionné, à savoir le remboursement du ticket modérateur. Si vous avez besoin de consulter régulièrement des médecins qui pratiquent des honoraires libres, ce qui induit des dépassements, privilégiez une mutuelle ou une complémentaire qui prendra en compte ces dépenses supplémentaires. Pour les postes optique et dentaire, les assurances proposent des forfaits annuels, qui sont plafonnés : on ne parle plus de pourcentage mais de somme allouée pour l'année pour ce type de soins. Si vous ne consommez pas votre forfait, celui-ci est généralement majoré de 50% l'année d'après. Pensez au tiers payant qui vous évite d'avancer les fonds : certaines mutuelles le proposent aussi sur les soins qui engagent des dépenses importantes.

La cotisation

Qui doit être assuré ? Vous seul ou d'autres membres du foyer fiscal ? Une famille aura tout intérêt à choisir une formule pour l'ensemble de ses membres avec des garanties étendues pour les enfants en-dessous de 16 ans. La plupart des compagnies offriront la cotisation à partir du 3ème enfant. On a déjà vu que la prime grossit à mesure des années, on constate également que les assurées femmes paient des cotisations plus élevées que leurs partenaires hommes : une tendance de la gent féminine à se soucier plus régulièrement de sa santé…et à dépenser plus en matière de soins médicaux. Les taux de cotisation peuvent aussi varier d'une région à l'autre en fonction de la dépenses moyenne calculée dans une zone donnée : l'égalité géographique n'existe pas, ça vaut pour le climat, pour les salaires, comme pour les dépenses de santé.

Les exclusions

En dehors des garanties minimales qui couvrent les besoins courants (médecine de ville, hospitalisation, médicaments), les contrats varient en fonction du niveau des autres garanties, et leurs coûts avec : si tous les soins conventionnés sont pris légalement en charge par les mutuelles, le remboursement des autres postes mal remboursés ou non remboursés par le régime général dépend de chaque formule. Les soins dits de confort (cures diététiques, thalasso, soins esthétiques,…) peuvent être partiellement pris en charge si vous choisissez un niveau de garantie élevée. Il en est de même pour les médecines douces encore mal considérées par la médecine traditionnelle et qui n'entrent pas encore dans les tablettes des tarifs conventionnés.

Toutes les assurances de santé complémentaires se rejoignent sur les limitations suivantes : toxicomanie, état d'ivresse, pratique d'un sport professionnel (qui doit faire l'objet d'une assurance spécifique) ou d'un métier à risques (idem), psychiatrie, période de guerre, radiations atomiques.



Par , le vendredi 12 août 2011

Partager cet article :